Vieux-Montréal : accueil Vieux-Montréal : index Vieux-Montréal : contactez-nous
  Retour au hall
FICHE D'UN BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
L’édifice du Grand-Tronc vu de la place D’Youville.
©Denis Tremblay, 2005
 
Photographie de William Notman & Son, vers 1906,
©Musée McCord d'histoire canadienne, Montréal, VIEW-4194. Collaboration spéciale dans le cadre d'une entente de partenariat.
 
Détail de la façade.
©Denis Tremblay, 2005
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Édifice du Grand-Tronc

Autres appellations :
  • Édifice Gérald-Godin
  • Édifice Grand Trunk Railroad
  • Édifice Canadian National Railways
Adresses civiques :
Construction et  
modifications majeures :

1899-1902/ 1987-1988

Plans de localisation :
Caractères physiques :
  • Nombre d'étages : 5
    Les tours d'angle ajoutent deux étages supplémentaires.
  • Matériau dominant : pierre
  • Type de toit principal : plat

Pour plus d'information sur les caractères physiques du bâtiment, veuillez consulter le relevé des caractères physiques.

Pierre :
  • Calcaire chamois de l'Indiana, États-Unis.
  • Soubassement et portail : granit gris de Stanstead, Cantons-de-l'Est (Québec); carrière qui porte encore en 2007 le nom de Stanstead Granite.
  • Colonnes engagées aux 3e et 4e niveaux : granit gris non identifié, poli; probablement de Stanstead, Cantons-de-l'Est (Québec), comme le granit gris naturel du soubassement et du portail.
haut de page
Histoire du bâtiment  
 

L’édifice du Grand Tronc est construit entre 1899 et 1902. La Ville de Montréal cède des terrains à la compagnie de transport du Grand Tronc en 1899 en vertu d’une entente par laquelle la compagnie s’engage, entre autres, à maintenir son siège social canadien dans l’édifice pendant au moins vingt ans. La compagnie alors dirigée par un Américain confie la conception à Richard A. Waite, un architecte né en Angleterre et formé aux États-Unis.

Les travaux débutent au printemps 1899 après la destruction des bâtiments qui s’y trouvaient. Au terme d’une construction plus longue que prévue – les travaux sont ralentis en 1899 en raison d'une pénurie d'acier –, le somptueux édifice est inauguré le 3 juin 1902. Des filiales de la compagnie du Grand Tronc, dont la Canadian Express, s’installent au rez-de-chaussée et au premier étage, tandis que les étages supérieurs logent les services administratifs et d’ingénierie de la compagnie. Le Grand Tronc faisant face à de graves difficultés, le gouvernement du Canada prend possession de ses avoirs en 1919-1920, puis les transfère au Canadien National en 1923 après avoir créé cette compagnie l’année précédente.

En 1961, le Canadien National vend l’édifice au gouvernement du Québec et déménage son siège social au centre-ville. L’immeuble de bureaux héberge dès lors de nombreux services gouvernementaux. En 1987-1988, la Société immobilière du Québec entreprend des travaux de restauration et de rénovation. Le ministère des Relations avec les citoyens et de l’Immigration y aménage en 1988.

haut de page
 
L’étage supérieur d’une tour d’angle.
Gina Garcia, 2006.
 
L'avant-corps central restauré en 2012.
Gilles Lauzon, 2013
 
Détail d’une façade latérale.
Gilles Lauzon, 2012.
 
Architecture  
 

L’édifice occupe un îlot entier à la limite sud-ouest du Vieux-Montréal. Il se trouve ainsi près de ses installations dans le port, de ses ateliers à Pointe-Saint-Charles et de sa gare Bonaventure. Le siège social donne ainsi la transformation de la rue McGill en axe de grands immeubles de bureaux. La démolition du second marché Sainte-Anne permet peu après d’aménager la place D’Youville et d’offrir une vue sur l’immeuble avec un bon recul. L’édifice à toit plat, en forme de U légèrement ouvert du côté de la rue Saint-Paul, est recouvert principalement en grès chamois de l’Indiana. Il compte cinq étages incluant le rez-de-chaussée, deux étages supplémentaires complétant les tours d’angle.

La façade à trois avant-corps est divisée en trois parties horizontales. La partie inférieure apparaît comme un socle supportant une colonnade colossale en granit poli, au-dessus de laquelle se trouve le niveau supérieur richement décoré. Cette composition présente une symétrie presque parfaite, d’esprit classique, partiellement contredite par les ornements des tours et un petit dôme jamais réalisé sur celle de droite. De l’aveu même de l’architecte, la Grèce ancienne et un certain style français ont servi de sources principales d’inspiration pour le décor architectural. La composition à trois avant-corps est de tradition française, tandis que les encadrements des fenêtres du dernier étage sont hellénisants. Les chapiteaux associés aux ordres dorique, ionique et corinthien renvoient à des modèles grecs peu connus tout en côtoyant des ornements à la française. Il s’agit là d’un exemple de classicisme éclectique composé librement, une approche courante à la fin du XIXe siècle. Toutefois, le recours explicite aux motifs de la Grèce antique et à l’esprit français ainsi que la grande importance accordée à la colonnade de la partie médiane suggèrent une intention du concepteur de participer au mouvement de renouveau classique qui se dessine alors en Amérique du Nord.

Les dimensions imposantes du bâtiment ainsi que les nombreuses et généreuses fenêtres, tant à l’arrière qu’à l’avant, révèlent l’importance de cet immeuble de bureaux. Le portail monumental de l’unique entrée en façade annonce le siège social d’une importante compagnie. La richesse du décor le confirme.


Éléments décoratifs extérieurs significatifs

L'inscription « Grand Trunk » et le monogramme GT qui l'accompagne rappellent clairement les origines de l'édifice; anciennement on trouvait aussi « General Offices » sur la frise du portail. L’horloge ajoutée au sommet de la composition en cours de chantier sied bien à un immeuble lié au transport. L’inscription MDCCCC gravée dans la pierre au dessus de l’horloge date l’immeuble tout en marquant le changement de siècle. Les lions ailés qui ornent la partie supérieure de la tour droite (qui devait recevoir un dôme à l’origine) symbolisent peut-être quant à eux la puissance et la rapidité du Grand Tronc – tout en rappelant la Grèce ancienne au même titre que les nombreuses palmettes et d'autres ornements. Des fleurs de lys constituent par ailleurs l’évocation la plus explicite de la culture française dans le décor architectural.

Intérieur accessible au public

L’entrée principale mène à un vestibule richement décoré, puis au grand hall. Droit devant soi, des ascenseurs permettent d’accéder directement aux étages. À droite, un spectaculaire ensemble d’escaliers et de puits de lumière traversent les cinq étages. Des portes indiquent la présence de bureaux tout autour. Ce schéma se répète à tous les étages. Une telle organisation intérieure, très ouverte en son centre, correspond sans doute aux besoins d’une entreprise devant occuper entièrement l’immeuble avec ses compagnies filiales.

Les intérieurs de l’édifice reprennent la dualité stylistique de l’extérieur. Le vestibule, éclectique et coloré, d’esprit classique dans ses détails, est un impressionnant étalage polychrome de marbres importés de France, d’Italie, d’Espagne, de Grèce et de Nubie. Ceux-ci sont couronnés par une frise à palmettes et des panneaux en bas-reliefs entourés de rinceaux et d’angelots, tous en céramique vernissée de Gloucester. Des appliques murales ornent ces murs, tandis que des caissons richement décorés, également en céramique, recouvrent le plafond. Dans le grand hall, les murs sont plus sobrement recouverts de marbre vert de Belgique surmonté par des boiseries en cèdre avec colonnettes doriques. Le point focal du décor est l’escalier monumental dont le garde-corps en fer forgé répond aux extérieurs par ses riches motifs ornementaux.

Parmi les ornements du vestibule apparaissent des figures d’Hermès, protecteur du commerce, des voyages par terre et par mer. Les griffons qui accueillent les visiteurs au pied de l’escalier peuvent être associés aux lions ailés vus à l’extérieur sur la tour d’angle. La monumentalité de l’ensemble et le riche décor ont toutefois sans doute pour but premier d’affirmer la réussite et les ambitions du Grand Tronc.

haut de page
 
Le vestibule; marbres et céramique vernissée.
Gina Garcia, 2006.
 
Grand escalier et puits de lumière central.
Gilles Lauzon, 2012.
 
Un détail de garde-corps.
Gina Garcia, 2006.
 
 
L’horloge restaurée et son décor.
Gilles Lauzon, 2012.
 
Deux griffons montent la garde au pied du grand escalier.
©Normand Rajotte, 2004.
 
Vue arrière, rue des Soeurs-Grises.
Gina Garcia, 2006.
 
Construction initiale  
 
Date de construction :

1899-1902

Concepteur de la construction :
Propriétaire constructeur :
  • Grand Trunk Railway Co. Ltd (compagnie ferroviaire)
    (propriétaire à partir de 1899)
    Informations disponibles pour l'année 1873
    Propriétaire-occupant. En vertu d'une entente entre les deux parties entérinée par le gouvernement provincial en 1899, la Ville de Montréal cède des terrains au Grand Tronc afin qu'elle puisse y ériger son siège social canadien. En échange, la compagnie de transport s'engage entre autres à embaucher uniquement des travailleurs locaux et à maintenir son siège social à cet endroit pendant une période de vingt ans. Le Grand Tronc possède et occupe l’immeuble jusqu’à ce que le Gouvernement du Canada en prenne possession au cours d’un processus complexe en 1919-1920. La propriété sera ensuite transférée au Canadien National (Canadian National Railways) créé par l’État.
Commentaire sur la construction

L'année 1900 est inscrite sur la façade.

haut de page
Fonction(s) d'origine et type particulier  
 
Fonction(s) spécifique(s) :
  • administration de compagnie ferroviaire
    Siège social d'une compagnie ferroviaire.
Fonction(s) générale(s) :
  • bureaux
  • transport et communication
haut de page
Autres travaux – Modifications  
 
Travaux 1 :
    Date des travaux : 1987-1988
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Rénovation et restauration de l'édifice.
haut de page
Autres propriétaires ou locataires (sélectif)  
 
Propriétaires :
  • Canadien National
    (propriétaire de 1923 au 1961-06-12)
    Le Canadien National (CN), ou plus précisément la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (ou Canadian National Railways – CNR) est expressément créé pour prendre en charge les réseaux ferroviaires nationalisés du Grand Tronc et d’autres compagnies. Le siège social canadien du Grand Tronc devient celui du CN.
  • Gouvernement du Québec
    (propriétaire à partir du 1961-06-12)
    Propriétaire-occupant (services gouvernementaux).
haut de page
Protections patrimoniales du bâtiment  
 
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré).
    Anciennement un arrondissement historique (1995-04-26) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivante :
  • Situé dans un secteur de valeur patrimoniale exceptionnelle Vieux-Montréal (juridiction municipale)
haut de page
Numéros de référence  
 
Bâtiment :

0039-37-1862-00

Propriété :

0039-37-1862
Fiche 1 de 1 sur cette propriété

haut de page
Pour plus d'informations...  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Vieux-Montréal