Vieux-Montréal : accueil Vieux-Montréal : index Vieux-Montréal : contactez-nous
  Retour au hall
FICHE D'UN BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Façade principale, rue Saint-Jacques.
© Photographie de Normand Rajotte réalisée pour l'ouvrage L'histoire du Vieux-Montréal à travers son patrimoine, 2004
 
L’édifice, à l’intersection des rues Saint-Jacques et Saint-Pierre.
©Denis Tremblay, 2010
 
La banque Molson avant 1892, les rails paraissant encore servir à des tramways hippomobiles (copie produite en 1905).
©Musée McCord d’histoire canadienne, Archives photographiques Notman, II-156039.0 (photographe anonyme). Collaboration spéciale dans le cadre d’un partenariat.
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Édifice de la Banque-Molson

Autre appellation :
  • Molson's Bank
  • Banque Molson
Adresses civiques :
Construction et  
modifications majeures :

1864-1866/ 1900 / 1911 

Plans de localisation :
Caractères physiques :
  • Nombre d'étages : 3
  • Matériau dominant : pierre
  • Type de toit principal : toit brisé

Pour plus d'information sur les caractères physiques du bâtiment, veuillez consulter le relevé des caractères physiques.

Pierre :
  • Grès chamois de l'Ohio, États-Unis.
  • Colonnes : granit rouge de Peterhead, Écosse; poli.
haut de page
Histoire du bâtiment  
 

L’édifice de la Molson’s Bank est construit entre 1864 et 1866. Depuis 1856, la banque possède son propre bâtiment sur la rue Saint-Jacques, mais il devient rapidement trop étroit. Entre le printemps 1863 et le printemps 1864, les dirigeants de l’entreprise achètent le lot voisin pour construire un siège social plus spacieux. On lance alors un concours d’architecture que remportent les architectes George et John James Browne. La construction de l’édifice, qui nécessite la démolition de bâtiments, s’étale sur près de deux années. Les comptoirs et les bureaux de la banque occupent d’abord le rez-de-chaussée et le sous-sol, tandis des locaux pour bureaux sont aménagés aux étages supérieurs avec une entrée distincte, rue Saint-Pierre. Le premier occupant de cette partie est un éditeur, lequel est suivi par divers locataires.

À compter de 1870, la banque ouvre des succursales, renforçant ainsi le rôle du siège social de la rue Saint-Jacques qui abrite aussi la succursale principale. Dès 1883, l’institution bancaire occupe l’édifice en entier. Elle doit agrandir l’immeuble en 1900 et 1911 qui, à la fin des travaux, couvre toute la superficie du lot. L’entrée de la rue Saint-Pierre disparaît alors au profit d’une entrée, rue Saint-Jacques, où il y avait auparavant un simple passage vers une porte secondaire.

En 1925, la Banque de Montréal absorbe la Banque Molson et ses 125 succursales. Elle devient donc propriétaire de l’immeuble qui loge dès lors une succursale et les services internationaux de l'entreprise. Fait inusité, on agrandit à ce moment le rez-de-chaussée jusqu’à la rue Notre-Dame, et ce, à même l’intérieur de l’édifice Insurance Exchange construit à l’arrière de la banque Molson en 1923-1924. La Banque de Montréal ferme sa succursale en 1981, puis des travaux sont entrepris pour accueillir un centre de formation de la banque. En 1999, la Banque de Montréal se défait de l’immeuble et, l’année suivante, l’intérieur est rénové de nouveau. En 2009, l’édifice de la Molson’s Bank était occupé par des bureaux gouvernementaux et par des bureaux d’avocats.

haut de page
 
Aquarelle de John Henry Walker réalisée dans les années 1860.
©Musée McCord d’histoire canadienne, M966.149.2. Collaboration spéciale dans le cadre d’un partenariat.
 
Détail du rez-de-chaussée, incluant des sacs d’argent...
©Denis Tremblay, 2010
 
Étage-attique et couronnement – partie centrale.
©Denis Tremblay, 2010
 
Architecture  
 

La banque Molson est située au coeur de l’ancien centre d’affaires, dans la partie ouest de la rue Saint-Jacques où elle profite d’une intersection importante. Son volume de quatre étages (incluant le rez-de-chaussée) coiffé d’un toit brisé contraste avec la grande hauteur des bâtiments voisins construits plus tard. Malgré les adjonctions, on perçoit toujours le volume d’origine qui était détaché des immeubles voisins. Le parement en grès chamois de l’Ohio, une nouveauté à son époque, se fond dans la variété des pierres utilisées ensuite dans le secteur.

La façade symétrique de l’immeuble est dominée par un avant-corps central et elle comprend trois niveaux d’élévation clairement différenciés. Dans cette composition d’esprit classique, le rez-de-chaussée à bossages et l’étage au-dessus plus délicat doivent leur vocabulaire architectural à la Renaissance italienne et plus particulièrement au nord de l’Italie, comme le rappellent par exemple les clés en forme de mascarons. L’avancée centrale et toute la partie supérieure – étage-attique et toit – sont quant à eux inspirés de l’architecture française du Second Empire, contemporaine de cette construction, avec de nombreux éléments tels les colonnes jumelées en granit rouge, les fenêtres segmentaires, les ailerons à volutes, la sculpture du couronnement, le toit brisé et la crête métallique. C’est de Londres que provient cette façon de combiner Renaissance italienne et influence française. La Banque Molson s’inscrit ainsi, avant même toute banque new yorkaise, dans ce que l’on qualifiera plus tard de style Second Empire.

L’édifice apparaît dans les années 1860 comme une résidence bourgeoise ou comme un club privé, les institutions financières préférant désormais ce genre d’apparence aux colonnades à l’antique, et ce, tant à Montréal qu’à Londres. À cette époque, le dégagement des quatre élévations contribue à l’apparence résidentielle mais vise sans doute surtout à maximiser le fenêtrage des bureaux loués aux étages.

Éléments décoratifs extérieurs significatifs

L’inscription Molsons Bank sculptée en relief sur la frise du porche balaie toute ambiguïté quant à la fonction principale d’origine. Tout aussi explicitement, des sacs de pièces d’or ou d’argent ornent les impostes de piédroits des fenêtres du rez-de-chaussée surélevé. Deux visages d’hommes et celui d’un enfant, sculptés au-dessus de la porte d’entrée, rappellent par ailleurs le caractère familial de l’entreprise. Plus important est l’ensemble sculpté qui couronne l’avant-corps central. Il est formé des armoiries de la famille Molson flanquées d’un personnage masculin et d’un personnage féminin portant divers attributs, dont une ruche – un symbole du travail collectif cher aux francs-maçons. À l’étage-attique, des caducées d’Hermès ornant les clés d’arcs et des écureuils juchés sur des branches de chêne symbolisent sans doute respectivement le commerce et l’épargne. Enfin Georges Browne, l’architecte principal, signe l’oeuvre sur l’une des pierres du soubassement, un fait rare à Montréal.

Intérieur accessible au public

La porte d’entrée s’ouvre sur un petit hall résultant du cloisonnement de l’ancienne salle des guichets, tandis qu’on accède par la rue Notre-Dame aux bureaux gouvernementaux qui occupent tout le reste du rez-de-chaussée. Du hall actuel, un ascenseur, dont la cage est ancienne, mène aux étages non ouverts au public.

On trouve dans le hall les portes arrondies de deux anciens bureaux de direction ainsi que des plâtres anciens dont on perçoit le prolongement dans l’ancienne salle des guichets. Ces plâtres, restaurés, sont faits de motifs classiques très élaborés comprenant des chapiteaux corinthiens, des consoles à guirlandes et des corniches à modillons. Dans les parties non accessibles au public, il faut souligner les rares éléments de l’ancienne salle des guichets. Par ailleurs, il existe encore au rez-de-chaussée et à l’étage d’anciens locaux de direction très bien conservés avec notamment des foyers en marbre, des lambris d’acajou aux motifs classiques et des plâtres élaborés. Certains de ces éléments peuvent dater de 1866, mais la plupart proviennent sans doute des travaux de 1900 ou de 1911.

On retrouve les armoiries de la banque dessinées dans les vitres givrées des portes arrondies, dans un plâtre moulé au-dessus de la porte d’entrée et sculptées dans le bois au-dessus du foyer en marbre d’une salle à l’étage (photographie).

haut de page
 
Hall d’entrée (partie de l’ancienne salle de guichets).
©Denis Tremblay, 2010
 
Partie de l’ancienne salle des guichets, avec une adjonction de 1911.
Photographie Gina Garcia, 2006
 
Salle à l’étage (non accessible au public) sans doute aménagée en 1900 ou 1911.
Photographie Gina Garcia, 2006
 
Construction initiale  
 
Date de construction :

1864-1866

Concepteur de la construction :
Propriétaire constructeur :
  • Molson's Bank (institution bancaire)
    (propriétaire de v. 1863 au 1925-05-28)
    Informations disponibles pour l'année 1873
    Propriétaire-occupant. La Molson's Bank acquiert la propriété entre les printemps 1863 et 1864. Elle est absorbée par la Banque de Montréal en 1925.
Commentaire sur la construction

Datation confirmée par les rôles d'évaluation.

haut de page
Fonction(s) d'origine et type particulier  
 
Fonction(s) spécifique(s) :
  • banque
Fonction(s) générale(s) :
  • finance
  • bureaux
haut de page
Autres travaux – Modifications  
 
Travaux 1 :
    Date des travaux : 1900
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Construction d’une adjonction d’un étage à l’arrière et modification de l’entrée située rue Saint-Jacques, entre la banque et l’immeuble voisin. Élimination probable de l’entrée qu’il y avait rue Saint-Pierre. Rénovations intérieures probables.
Concepteur :
  • Taylor and Gordon
    (agence d'architectes)
Travaux 2 :
    Date des travaux : 1911
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Étage ajouté sur l’adjonction à l’arrière de l’édifice d’origine. Agrandissement de l’autre adjonction, rue Saint-Jacques, en utilisant tout l’espace disponible entre la banque et l’immeuble voisin. Autres rénovations intérieures probables.
haut de page
Autres propriétaires ou locataires (sélectif)  
 
Propriétaires :
haut de page
Protections patrimoniales du bâtiment  
 
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré).
    Anciennement un arrondissement historique (1995-04-26) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivante :
  • Situé dans un secteur de valeur patrimoniale exceptionnelle Vieux-Montréal (juridiction municipale)
haut de page
Numéros de référence  
 
Bâtiment :

0040-10-6087-00

Propriété :

0040-10-6087
Fiche 1 de 1 sur cette propriété

haut de page
Pour plus d'informations...  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Vieux-Montréal